1786 Doyen Durieux

Version imprimableVersion imprimable

Un jeu de chaises musicales… autour du curé Durieux

24-4-1786 : la charge de doyen se libère à la Collégiale Ste Anne de Chamoux. Son possesseur a réglé l'affaire dès février. Une certaine amertume se lit dans sa déclaration!

Nous André-Marie Maistre doyen de la Métropole, vicaire général et official de l’archevêché de Tarentaise, nous démettons purement et simplement de la dignité et prébende de doyen de Chamoux dans le diocèse de Maurienne dont nous sommes paisible possesseur depuis environ trois ans, et dans lesquelles nous avons été canoniquement institué par lettres émanées de l’Illustrissime et Révérendissime Seigneur évêque dudit diocèse, conséquemment à la présentation et nomination du Seigneur d’Albert de Chamoux, consentant que celui-ci comme patron y nomme tel autre sujet que bon lui semblera, ayant fait la présente démission par la raison principalement qu’ayant été dispensé de la résidence par rapport à l’exiguïté du revenu de cette place, il pourrait se trouver quelqu’autre sujet qui voulût y résider et se rendre utile à ladite paroisse de Chamoux :
en foi de quoi, nous avons signé à Moutiers ce treize février mil sept cent quatre-vingt six,
Maistre, doyen de Tarentaire et …

Autre écriture en bas de page :

Nous acceptons la démission ci-dessus de la dignité et prébende de doyen de Chamoux, et en conséquence, la déclarons vacante et impétrable à la forme du droit, et ordonnons qu’elle sera portée aux registres de céans. St Jean, le 24 avril 1786.
D. Roges, Vic. Gral et off.


24-5-1786 : Jean-Baptiste Durieux,  curé de Chamoux, démissionne de sa cure. Il est déjà destiné à une autre tâche à Chamoux.

Sur la couverture :

Démission du doyenné de Chamoux (sic)
tout enregistré

Texte :

L’an mille sept cent quatre-vingt et six et le vingt-quatre du mois de mai, je soussigné Curé de la paroisse de Chamoux, diocèse de Maurienne en Savoie, me démets purement et simplement de la Cure entre les mains de Monseigneur l’Illustrissime et révérendissime évêque de Maurienne, et prince d’Aiguebelle, et égard à mon âge et infirmités qui ne me permettent pas de la desservir, priant très respectueusement S.S. de vouloir bien accepter ma démission, et pourvoir à Chamoux un Curé qui [répare ?] mes fautes dont je me repens,
En foi de quoi
Fait signé
Jean-Baptiste Durieux, Curé actuel de Chamoux

D’une autre écriture en bas de page :

Nous acceptons la démission ci-dessus ; en conséquence, nous déclarons la Cure de Chamoux vacante par icelle démission, à laquelle sera pourvu ainsi que de droit après le concours qui ne sera publié qu’après que Rd Durieux aura pris la réelle possession du Doyenné de Chamoux.
St Jean, le 30 mai 1786

D. Roger, Vic. Gral


Le même jour, J.Baptiste Durieux prête serment à l'occasion de sa nomination au doyenné

L’an mil sept cent quatre-vingt-six, et le vingt-quatre du mois de mai, je soussigné curé de Bourgneuf, certifie qu’en exécution de la commission qui m’a été donnée par Monsieur Roger Vicaire général du Diocèse de Maurienne* en date du onze mai de la présente année, Rd Jean-Baptiste Durieux, curé de Chamoux, à l’occasion de la nomination qui a été faite en sa faveur au Doyenné de Chamoux, et pour en obtenir les provisions, a fait entre mes mains la profession de foi prescrite par le Concile de Trente credo …, a de plus fait le serment ci-après** :
« Ego Joannis-Baptista Durieux promitto et juro quod ero obediens summo pontifici illustrissimo Reverendissimo D.D. episcopo Maurianensi et successoribus ejus quaod non ero in opere aut concilis ubi et aliquo [ladi] possint, et si me adette conteigerit, illue por posse impediam et si impedive non potiro eidem aut officiariis ejus deferam, quod realim et personnalim refedentiam {salva dispensatione}  prærtabo, commoda bénéficie [me] perquiram incommoda autem in quantum in me erint vitare curabo et statuta [ac/et] constitutiones Illustrissimi [ac/et] Reverendissimi D.D. episcopi aut diocesis servabo »

De tout quoi je lui ai accordé acte pour lui servir ainsi que de raison.
Lequel j’ai signé à Chamoux, les an et jour que dessus
Pierre e Anthelme [Rollingal?] curé de Bourgneuf

* barré sur l’original
** transcription du latin sous toutes réserves


2-6-1786 : Jean-Baptiste Durieux, laisse sa place au curé Rambaud, et devient Doyen de la Collégiale Ste-Anne de Chamoux sur nomination par le seigneur Joseph D'Albert, avec bien sûr l'assentiment de l'évêque de Maurienne.
Nous observons ici le détail du rituel.

Mise en possession du doyen de Chamoux et prieuré de la Corbière
en faveur de Rd Jean-Baptiste Durieux, faite par Rd Maurice Mugnier

L’an mil sept cent quatre et six, et le second du mois de juin, après-midi, à Chamoux, où aurait comparu par devant moi, notaire royal soussigné et en présence des témoins ci-après nommés, Rd Jean-Baptiste fils de feu Jean-Baptiste Durieux, natif de Lanslebourg, docteur en théologie, prêtre et curé du présent lieu où il habite, lequel m’aurait représenté que le doyen de Chamoux et prieuré de la Corbière y annexé étant vacants par la démission de Rd Marie Maistre, doyen métropolitain, vicaire général et official de l’archevêché de Tarentaise, du treize février dernier, il aurait été nommé par le Seigr Joseph Dalbert Seigr de Chamoux, Montendry et Montgilbert pour remplacer ledit Rd Maistre dans ladite dignité de doyen de la Collégiale, le neuf mai dernier.
En conséquence de laquelle nomination il aurait obtenu de Sa grandeur monseigneur l’illustrissime et Révérendissime Charles Joseph Compans de Brichanteau, Évêque de Maurienne et prince d’Aiguebelle, des patentes d’institution du trente mai dernier portant commission au Rd Seigr son vicaire général ou à son défaut au premier prêtre requis, et à son secrétaire soit greffier de la chancellerie et à son défaut au premier notaire royal requis pour mettre ledit Rd Durieux en possession du tout.
À quel effet il aurait prié Rd Maurice fils de feu Jean-Pierre Mugnier natif de St-Jean de Belleville en Tarentaise, prêtre faisant les fonctions de prieur et vicaire de cette paroisse, y habitant, ici présent, de le mettre en ladite possession ; et moi, notaire, de lui en accorder acte.
À quoi [advenant], nous nous serions tous transportés dans l’église collégiale Ste Anne de Chamoux dépendant du doyenné où, étant en présence des témoins ci-après nommés et requis à cet effet, je, notaire soussigné, aurais fait hautement lecture de la susdite patente d’institution et de la nomination qui le précède
(sic) ; après quoi le Rd Mugnier aurait fait baiser audit Rd Durieux le devant de l’autel ; ensuite de quoi, lui aurait présenté la clef de ladite église dont ledit Rd Durieux se serait muni, et finalement lui a présenté de terre de ladite église que le Rd Durieux a jetée de plusieurs côtés d’icelle, et lui a fait donner trois coups de cloche et lui a mis les ornements sacerdotaux, le tout en signe de vraie, réelle, actuelle et corporelle possession de tout quoi ledit Rd Durieux en a requis acte que de mon office et en vertu de ma dite commission je lui ai accordé, à laquelle possession personne n’a mis aucune opposition ; et le tout fait et prononcé en présence du Sr Claude le Cadet Salomon natif de la ville d’Aiguebelle, bourgeois de Montméliant, habitant dudit lieu, et de Joseph-François Troncher, natif de Morillon en Faucigny, habitant aussi de cette paroisse, témoins requis, ce dernier m’ayant déclaré être illétéré.
signé:
J.Bte Durieux Doyen, M. Mugnier pre, Salomon le cadet, marque de Troncher, Simon Mollot notaire
Le présent contient deux pages

Remarques :
l’emploi du conditionnel, courant dans les actes de cette époque, n’avait pas la valeur d’emploi grammaticale actuelle, et ne sous-entend pas de réserve.
Les mots de lecture douteuse sont placés entre crochets

mars 2015 - Recherche et transcription : A.Dh.


Sources
ADS – G Maurienne 65 –  Pièce 16 -  Doyenné –  24 avril 1786
ADS – G Maurienne 65 –  Pièce 18 -  démission Rd Durieux cure –
ADS – G Maurienne 65 –  Pièce 17 -  nomination au Doyenné de Rd Durieux –  24-5-1786
ADS - 6E 11830 (Minutes M° Mollot 1786) : mise en possession