1786 Rambaud curé

Version imprimableVersion imprimable

18-10-1786: le curé Durieux est devenu Doyen de la Collégiale en juin. L'évêque nomme un nouveau curé, qui connaîtra la Révolution à Chamoux : J.A. Rambaud. Nouveau rituel d'installation.

Mise en possession de la cure de Chamoux de Rd Jean-Antoine Rambaud,
faite par Rd Charles Richard, curé de Chamousset

L’an mil sept cent quatre-vingt et six, et le dix-huit du mois d’octobre avant midi à Chamoux au-devant de l’église paroissiale dudit lieu où aurait comparu par-devant moi, notaire royal soussigné, en la présence des témoins ci-après nommées, Rd Jean-Antoine fil du Sr Philippe Rambaud, prêtre natif de la ville de St-Jean de Maurienne, ci-devant curé de St- Étienne de Cuines où il a habité jusques à présent, lequel m’aurait exhibé une patente de sa grandeur monseigneur l’illustrissime et Rdme Évêque de Maurienne et prince d’Aiguebelle du vingt-six août dernier, par laquelle il conste qu’eu égard à la démission simple qu’a mise Rd Jean-Baptiste Durieux de la cure de cette paroisse de Chamoux, sa dite grandeur l’a pourvu de ladite cure avec tous les honneurs, privilèges et charges plus amplement désignés en icelle, et aurait commis le premier prêtre requis pour le mettre en la possession d’icelle, et le premier notaire royal aussi requis pour enregistrer l‘acte.

Et ayant en conséquence prié Rd Charles fils de feu Jean Richard, natif de la paroisse de Bramans, curé de Chamousset où il habite, lequel étant ici présent, et en présence des témoins ci-après nommés, après avoir fait sonner la cloche pour assembler le peuple, ledit Rd Richard aurait conjointement avec ledit Rd Rambaud et les assistants, chanté le Veni Creator au bas de l’autel.

Étant ensuite tous sortis, j’aurais fait lecture haute et intelligible de la susdite patente d’institution en leur (sic) présence des témoins ci-après et des assistants ensuite de quoi ledit Rd Richard aurait fait ouvrir audit Rd Jean-Antoine Rambaud la porte de ladite église paroissiale et la lui aurait fait refermer, ensuite étant tous entrés, lui aurait fait ouvrir et refermer la porte du tabernacle, lui aurait fait baiser le maître-autel.

Et nous étant tous transportés dans la chapelle de Notre-Dame des Grâces à côté, lui aurait de même fait baiser l’autel d’icelle, l’aurait fait entrer dans le confessionnal et monter dans la chaire à côté, lui aurait de même fait baiser l’autel de la Chapelle de St Nicolas à côté, et lui aurait fait ouvrir et fermer les fonds baptismaux, et fait prendre une poignée de terre de ladite église.

Et l’aurait fait sonner trois coups d’une cloche, le tout en signe de vraie, réelle, actuelle et corporelle possession ; après quoi, l’on aurait chanté le [Deum ??] et notamment de ce que personne n’y a mis aucune opposition, ce qu’en ma dite qualité je lui aurai accordé en le déclarant dûment en possession de ladite église de la Cure, Revenus, et autres prérogatives et privilèges y annexés.

Le tout fait et prononcé en présence de Rd Jean-Baptiste Durieux natif de Lanslebourg en Maurienne, prêtre Docteur en théologie, doyen de Chamoux où il habite, et seigneur de la Corbière, et de Rd Maurice Mugnier natif de St-Jean de Belleville, prêtre et vicaire de Chamoux où il habite, témoins requis. 

Signé :
C. Richard, Curé
A. Rambaud Curé
J-Bte Durieux doyen de Chamoux
M. Mugnier prêtre
La présente contient deux pages et une sixième

Signé :
Simon Mollot

mars 2015 - Recherche et transcription A. Dh


Source
ADS 6E 11830 (minutes M° Mollot 1786)