Le clocher

Version imprimableVersion imprimable

Le clocher

Vues de l'extérieur

- Le clocher est accolé à la nef, en retrait de la façade.

Vue rare sur le clocher, pendant la réfection de la toiture de 1930-1932 - Possible photo de Marius Neyroud / CCA- l'appareillage est nettement différent de celui des murs de la nef et du transept, mais il varie avec la hauteur : en bas, on repère bien des lits de pierres "en arête de poisson" du moyen-âge.   
- Les baies : 3 rangées de fenêtres (certaines murées) : première rangée de 2 ouvertures à arc en plein cintre ; le chambranle intermédiaire est orné d'une petite colonne à chapiteau côté façade et côté chœur ; puis une rangée de 2 ouvertures apparemment moins hautes, mais qui ont manifestement été reprises ; enfin, une rangée supérieure, au-dessus d'un filet (solin) dont le relief forme égout pour les eaux de pluie ; le mur est crépi au niveau supérieur.
- Toit en dome ("tulipe") couvert de tuiles en écailles.
- côté sud-ouest : une ouverture haute et étroite, en pleine cintre, remaniée, donne du jour à mi hauteur. On voit aussi au niveau du sol une ouverture curieuse, côté sud.
- côté nord-est : sur les photos prises (peut-être par Marius Neyroud) pendant la réfection des voutes, on peut voir la trace des ouvertures, habituellement cachées par la toiture de la nef : la disposition semble la même que sur le mur sud-ouest, avec les mêmes baies aveuglées.
En effet, le clocher a été surélevé au XVIIIe siècle, après la reconstruction de la nef, et certaines baies ont été bouchées (voir Clocher surélevé)
- côté nord-ouest, le mur du clocher est percé de trous de boulin (pour les échafaudages). Une porte d'accès ouvre au bas de cet côté : on y pénètre en descendant une marche (cf l'ensevelissement du XVe siècle): cette porte correspond probablement à l'ouverture ordonnée par l'évêque lors de la Visite paroisssiale de 1689 ; en face, vers l'église, une autre porte, elle aussi préconisée  par Mgr de Masin, dessert le transept sud-ouest (dans les deux cas, jeu de marches pour compenser les dénivelés)

Vue rare sur le clocher, durant les travaux
de réfection de la toiture (années 1930)

Le carnet de photos

Au bas du clocher, disposition  des pierres "en arêtes de poissons" (posées en diagonales en lits réguliers), assez fréquente dans les constructions romanes des X-XIIe s. - Photo A.D. / CCAEntre le clocher et le transept - photo A.D. / CCACôté sud-ouest du clocher : traces d'ouvertures - photo A.D. / CCA
 

 

 

 


À gauche: mur sud-est du clocher ; à 2,5 m de haut, lit de pierres "en arêtes de poissons"

Au milieu: A: une haute baie, peut-être en partie bouchée dans le bas ? B: Une autre ouverture comblée au niveau du sol. C: lit de pierres "en arêtes de poissons".

À droite: A: trous de boulin. B: traces d'arrachement d'un mur. C: accès actuel au clocher. D: accès au transept.
 

Examen du côté sud-est de St Martin de Chamoux ! Photo A.D. / CCA    Appareillage différent, à l'appui de la baie comblée, 1ère rangée, côté sud-est du clocher de St Martin de Chamoux ! Photo A.D. / CCAClocher de St Martin de Chamoux, côté façade (sud-est) : dans l'angle contre le mur de la nef, appareillage différent (cf l'arrachement sur le mur opposé nord-ouest) - photo A.D. / CCA

 

 

 

 

 

 



À gauche: vue sur le haut du clocher, côté sud-est : 2 baies comblées, 3 modules différents, le module intermédiaire (B) remanié (pour supporter la surélévation au XVIIIe siècle ?)
- rangée A, un chapiteau sur une colonne engagée entre les 2 baies (E).
- en C, un léger relief (filet) éloigne des eaux de ruissellement.
- rangée D, mur crépi, baies plus étroites.
- en F, détail d'appareillage curieux à droite de la baie comblée, achevant une bande verticale elle aussi d'aspect différent.

Au milieu: gros plan sur F : pierres taillées, de calibre nettement supérieur aux autres pierres, et de nature différente (calcaire?)

À droite: sous ces pierres en F, c'est toute une rangée verticale qui diffère de l'appareillage général du mur, dans l'angle du clocher.

 Le chapiteau, 1ère rangée, côté nord-ouest du clocher de St Martin de Chamoux ! Photo A.D. / CCALe chapiteau, 1ère rangée, côté sud-est du clocher de St Martin de Chamoux - Photo A.D. / CCA

Les chapiteaux.

À gauche: côté sud-est, gros plan sur la rangée inférieure, avec sa colonnette engagée  et son chapiteau.

À droite: côté nord-ouest, gros plan sur la baie double de la rangée inférieure, sa colonne et son chapiteau.

 

Enfin, au pied du clocher, côté sud, un grand arc brisé accueille une lucarne minuscule, juste suffisante pour laisser passer les chats du voisinage, qui montent se chauffer au soleil à l'ouest sur la haute ouverture "gothique". Autre enigme à relier aux questions "F" ???

Une ouverture enigmatique à la base du clocher - photo ADh / CCA

Visite virtuelle !

La porte d'accès au clocher - photo ADh  La porte d'accès au clocher - vue intérieure - photo ADh
L'ouverture d'accès au clocher, vue de l'extérieur… et de l'intérieur

À l'intérieur

Le rez-de-chaussée du clocher - photo ADh / CCA<• D'abord, petite déception : dans la pièce au rez-de-chaussée, nulle trace de la "chapelle saint-Blaise et saint-Eustache sous le clocher" et de son autel, régulièrement évoqués dans les visites pastorales1. Les murs sont nus ; sol de terre. Seules quelques planches (récentes) sont remisées sur un côté…

Au fond, quelques marches irrégulières mais solides, sont éclairées chichement par une lucarne ; mais à l'intérieur comme à l'extérieur, les arcs brisés interrogent.
 

Les 2 portes murées vers la nef - Photo ADh / CCA

Les marches donnent accès à une plateforme, éclairée par la haute baie de l'ouest.                •>
Une belle surprise : dans le mur mitoyen de la nef (côté est), 2 portes laissent imaginer des circulations directes entre le chœur roman (ou plutôt, la nef baroque ?) et le clocher : on devait accéder par l'ouverture de gauche, puis regagner l'église - plus en hauteur - par celle de droite, en gravissant les 6 marches - vers une tribune ?

A noter, un petit arc décentré - mais dans l'alignement de l'ouverture murée - au-dessus du passage à l'oblique à droite (il fallait bien éviter les dernières marches actuelles en dur venant du rez-de-chaussée). Mais quel était l'accès depuis le sol à l'époque romane (avant la nef baroque, et même, avant l'ensevelissement) ? Car la porte actuelle, qui donne accès au clocher sans passer par l'église, pourrait être récente)
 

Une haute volée récente de marches de bois permet de gagner la plateforme suivante éclairée par les baies romanes.

1er niveau de baies romanes côté nord - photo PF2ème niveau de baies romanes côté nord - photo PF

 

 

 

 

 

<• côté nord

La machine - photo DB

On rencontrera un beau mécanisme de réglage des sonneries.         •>

Puis voici la grosse cloche, et son puissant appareillage de bois, qui donna poutant bien du souci aux édiles chamoyards.

On peut déchiffrer une partie du texte moulé dans la masse, sur l'épaule et sur la robe:


COMMUNE DE CHAMOUX
JE M APPELLE --- --- ---
PARRAIN ERNEST DUTRAIT
MARRAINE CELINE DE LACONNAY2
--- REFONDUE EN 1879 PAR LES SOINS DU --- ---

CONSEILLERS MUNICIPAUX
MM DUTRAIT ERNEST MAIRE
METRAUX EDOUARD NOTAIRE
GUILLOT CHARLES GREFFIER
MAMY JOSEPH CULTIVATEUR
REVY PIERRE ADJOINT
VILLERMET PIERRE CULTIVATEUR
JANDET SIMON AGENT D AFFAIRES
TOURNAFOND FRANÇOIS CULTIVATEUR
MAILLET PAUL
NEYROUD SIMON
FOURNIER * *

Photo DB Photo DB Photo PF

Plus tard, d'autres Chamoyards ont laissé leur nom à l'intérieur de la robe, à la craie : on lit peut-être Dénarié, Fantin, et encore ?…
Elisa C. se souvient que les derniers sonneurs de cloches avant l'électrification, trois jeunes gens, avaient nom Michel Dénarié, Henri Fantin et Paul Prunier : CQFD ?

Place de l'église - photo DB

2020- Texte et photos A.Dh., PF, DB


Notes
1- Déjà en 1689  Mgr de Valpergue de Masin écrivait dans sa visite pastorale : « Dessous le clocher, il y a autre chapelle de St Blaise et St Eustache ; elle est sans garniture quelle qui soit, sauf qu'il y a deux vieilles statues et presque pourries ; il y a longtemps que l'on n'y célèbre pas »
(VP 1689, FH de Valpergue de Masin, http://chamoux-sur-gelon.fr/page/1689-visite-past )
2- Marie-Françoise Céline de Laconnay du Foug (de la Tour à Villardizier) était l'épouse de Rémi Dutrait, et la mère d'Ernest Dutrait, maire de Chamoux (et plus tard sous-préfet). Elle est morte à 92 ans en 1910 à St-Bénoît, à Chambéry.
A-t-elle donné son prénom à la cloche ??? (communication Elisa C.)

 


Pour en savoir plus…
sur l'entretien jamais fini des cloches au XIXe siècle,, voir https://chamoux-sur-gelon.fr/page/cloches