Le Gelon assagi

Version imprimableVersion imprimable

La tourbière des sources du Gelon. Photo A.D. / CCALe Gelon prend sa source dans une belle tourbière du massif des Hurtières, à 1330m d'altitude.                          ••>
Il descend la vallée des Huiles jusqu'à la Rochette, perdant presque 1000m de dénivelé…
Puis il bifurque, dessinant un U profond, pour parcourir une distance un peu plus longue jusqu'à son confluent… mais cette fois, il ne perdra que 75m environ de dénivelé, passant de 340 m à 285m.
Autant dire que son cours se calme, dans la grande auge de l'ancien glacier !
Alors, pendant des siècles, il a serpenté, divagué, d'autant que son niveau varie beaucoup : en altitude, il collecte selon le temps qu'il fait : les eaux de fonte, ou de pluie…

Situation commune à la plupart des vallées locales, d'ailleurs.

Le parcours du Gelon - Photo J.F.D. / CCA
Le parcours en U du Gelon : vallée des Huiles puis Val Gelon (aperçus des Tours de Montmayeur
)

Déjà, en 1497, le comte de La Chambre demande que l'on mène une enquête sur des réparations à entreprendre contre les débordements du Gelon dans son mandement.

Les confluences Isère / Arc / Gelon - Gravure / Ed. H. Jaillot 1699Au XVIIe siècle, les marais du confluent du Gelon avec l'Arc sont creusés de fossés de drainage : on a bien compris le danger pour la santé, de l'eau qui stagne en surface par temps chaud.

Vue simplifiée du delta de l'Arc vers 1699 : passant par la
Croix de la Rochette, le Gelon se jetait dans le "Petit Arc"

Dès le XVIIIe siècle [les marais] des abords du confluent du Gelon sont drainés par deux grands fossés parce que «le dessèchement des marais a été reconnu de tous les tems indispensable pour la salubrité de l'air... Et il est un fait constant que lorsque ces fossés ne sont pas revidés, les fièvres se manifestent tant [à Chamoux] qu'au Bettonet... [Curés] en 1810, les fièvres qui se manifestaient toutes les années avant ce revidage ont cessé dès lors».1
Dès qu'on néglige de curer les fossés latéraux, « l'eau sans écoulement s'étend dans le marais, y croupit, porte un préjudice considérable à la blache et produit dans toute la région des exhalaisons contagieuses, seule cause, peut-être, des fièvres qui affligent la population».2
La confluence Arc-Isère, est connue pour son insalubrité. Les fièvres se développent, d'autant que les lits se rehaussent par l'apport des alluvions, les fossés se comblent toujours…

Et puis, de nombreux moulins se sont installés sur le lit des torrents et les rehaussements des biefs, le ralentissement des eaux, provoquent des débordements et des inondations.

Vers 1760, une ordonnance prescrit aux communes de Chamoux, Betton-Bettonet et Bourgneuf, des travaux pour régulariser le cours du Gelon : on s'accorde sur la nécessité d'endiguer le lit du Gelon et celui du Joudron, qui inondent les prairies de la vallée de la Rochette.
Un projet privé de défrichement des marais de Bourgneuf et Chamoux, le 11 décembre 1773, invoque, outre la plus-value du terrain, « l'utilité des habitants des communautés qui environnent lesdits marais, parce qu'en les faisant soigner et défricher, l'air qu'on y respirera sera plus pur et plus salubre, au lieu que la plupart desdits habitants sont toute l'année languissants et fiévreux et portent sur leur phisionomie l'empreinte des mauvais effets de l'air que corrompent lesdits marais ».3
Vers 1775, ordre est donné aux ingénieurs Piacenza et Capellini, d'aller sur les lieux, étudier les moyens d'assainir les marais de la Rochette, et de dresser un projet de canalisation du Gelon.

Mais… Les agriculteurs ont besoin du marais, qui fournit la "blache", masse végétale qui sert d'engrais vert, et de litière. Comme les fièvres paraissent inévitables, les projets d'aménagement rencontrent l'opposition des cultivateurs.
Par ailleurs, même si l'État sarde doit prendre une partie des dépenses à sa charge, les frais seront très lourds pour les propriétaires, et d'autant que l'amélioration s'annoncera importante - mais en attendant, ces terres rapportent peu, et les agriculteurs peinent ! Il faudra l'annonce d'un délai important
(15 ans ?) entre l'assainissement des terres et les premiers paiements, pour que les populations se rassurent.
Un cas particulier sera même réservé aux propriétaires des fonds dévastés par les travaux de l'Arc à Bourgneuf.

Ces inquiétudes expliquent la réaction du comte de Sonnaz contre le projet : nommé syndic de Chamoux par Turin, il démissionna en 1848. Et… il fut élu premier maire de Chamoux devenue française en 1860.
 

Le Gelon à sa sortie du double tunnel sous la colline de Chamousset. Photo A.D. / CCA

Le tunnel du Gelon à Chamousset au début du XXe siècle - origine photo inconnue - Fonds A.O. / CCA 1844-1854 :
la construction du tunnel de Chamousset permet de faire déboucher le Gelon dans l'Isère en aval du Pont Royal : on gagne ainsi plusieurs mètres de dénivelé.

Le tunnel double du Gelon sous la colline de Chamousset,
au début du XXe siècle… et en 2011

Il était temps ! Le nécessaire diguement du grand "delta" de l'Arc avait encore perturbé l'écoulement des eaux du Gelon.

Le confluent de l'Arc avec l'Isère a pris sa place à l'embouchure du Gelon à Chamousset au début du XXe siècle - origine photo inconnue - Fonds A.O. / CCA Le confluent de l'Arc avec l'Isère après les "diguements"

Dans un discours rapporté par le Patriote savoisien en janvier 1849, M. Brunier, député d'Aiguebelle, s'en prend au gouvernement et à ses beaux discours :
"M. le ministre des travaux publics vous a parlé de travaux du gouvernement sur le Gelon. Ces travaux n'ont encore été ordonnés que sur l'embouchure de cette rivière.
Par suite de la mauvaise direction donnée au diguement de l'Arc, qu'on a fait aboutir à la butte de Chamousset, le Gelon n'a plus trouvé d'écoulement. Depuis 10 ans il réduit les communes de Chamousset et de Bourg-Neuf en marais ou plutôt en lacs ; non seulement les malheureux habitants de ces communes ont perdu toutes leurs récoltes et vu leurs champs incultes, mais ils ont élé désolés par des fièvres endémiques qui les ont réduits à néant. Dans ces communes il n'y a de peuplé que le cimetière.
En outre, le Gelon a reflué dans toute la plaine de La Rochette et converti celle riche vallée en un triste marais.
Il s'agirait de dessécher ces foyers pestilentiels en canalisant le Gelon, ce qui est d'une exécution bien facile, et en construisant une route sur le relevé de terre.
" 4

Ce qu'on n'avait pas prévu, c'est que les gigantesques travaux de terrassement nécessités par le creusement du lit artificiel, l'édification des digues et des bourrelets de colmatage dans une vase gluante et sous le soleil brûlant de la belle saison, devaient provoquer une recrudescence formidable mais toute passagère du paludisme. C'en fut assez pour y voir une raison de plus de maudire l'opération comme une œuvre de mort et d'y trouver matière à une nouvelle crise à joindre au passif du diguement, la crise du paludisme.
Mais, comme elle frappait surtout le personnel employé aux travaux, une main-d'œuvre misérable et mal nourrie, moins rebutée par le mal qu'attirée par une rétribution dont rien ne lui assurait l'équivalent, on patienta de force et, la crise passée, on voulut bien ne plus se souvenir que des bénéfices de l'entreprise.5

On trouve dans le "Fonds sarde / Génie civil et travaux publics" des Archives départementales de Savoie, une série d'études pour la canalisation du Gelon et le dessèchement des marais de Bourgneuf et Chamousset (métrés des travaux, devis, cahiers des charges, rapports, répartition de la dépense, états parcellaires des terrains occupés, profils…) établies entre 1834 et 1862.


Le Gelon maîtrisé (vu de Ponturin) - Début du XXe siècle. Fonds J.B. /CCAEn 1874, le Syndicat du Gelon achève l'assainissement de la plaine de Bourgneuf et de Chamousset par une série de drains branchés sur le bas Gelon, près de son canal en tunnel6.
L'effet des miasmes et de leurs conséquences disparaît, définivement. Leurs victimes s'éteignent peu à peu: les souvenirs de la malaria, des goîtres… vont s'effacer comme un mauvais rêve, et… dans les pharmacies, la consommation de la quinine s'effondre.

Le paysage du Val Gelon après les travaux : une rivière rectiligne, bordée d'une route tout aussi droite.
Une rangée de peupliers dessinait encore plus vigoureusement cette épine dorsale de la vallée
(bons agents de drainage, adaptés aux sols trempés, les peupliers étaient omniprésents dans la plaine)

Reste à payer les redevances liées à ces aménagements, pour l'utilisation de ces terres rendues à l'agriculture - et ce n'est pas rien. Mais, à la fin du XIXe siècle, le phyloxera bouleverse l'équilibre agricole: on se tourne vers l'élevage et l'agriculture de prairie, et l'assainissement des terres de la plaine est mieux apprécié.

A.Dh.


Sources bibliographiques
1-A. D. S., F. S., Stat. de 1820.. cité dans - Le diguement de l'Isère dans la Combe de Savoie François Gex, Revue de géographie alpine 1940 Tome 28, n°1, p. 1 à 71 (http://www.persee.fr/ )
2-Arch. mun., délibération du 30 mai 1850. cité dans Le diguement de l'Isère dans la Combe de Savoie François Gex, Revue de géographie alpine 1940 Tome 28, n°1, p. 1 à 71 (http://www.persee.fr/ )
3-A. D. S., C. 600. cité dans http://www.persee.fr/ - Le diguement de l'Isère dans la Combe de Savoie François Gex, Revue de géographie alpine 1940 Tome 28, n°1, p. 1 à 71
4-Le Patriote savoisen, Journal politique 11 janvier 1849 DISCOURS DE M. BRUNIER. (site : http://www.memoireetactualite.org/)
5- Le diguement de l'Isère dans la Combe de Savoie François Gex, Revue de géographie alpine 1940 Tome 28, n°1, p. 1 à 71 (http://www.persee.fr/ )
6- Conseil général de la Savoie, session de 1874, p. 35 et 186. cité dans Le diguement de l'Isère dans la Combe de Savoie François Gex, Revue de géographie alpine 1940 Tome 28, n°1, p. 1 à 71 (http://www.persee.fr/ )


Bibliographie
abondante ! En particulier :
-
Revue de géographie alpine
- Le diguement de l'Isère dans la Combe de Savoie François Gex, Revue de géographie alpine 1940 Tome 28, n°1, p. 1 à 71 (http://www.persee.fr/ )
- La Combe de Savoie autrefois Maurice Messiez (La Fontaine de Siloe 1995- )
- L'endiguement de l'Isère et de l'Arc Maurice Clément (Association des Amis de Montmélian - 2011)
- Hydrologie, paludisme et démoustication. (L'exemple de la Région Rhône-Alpes)  [article] G.Pautou, J.Girel, M.P. Pautou, R. Grufïaz. Revue de Géographie alpine 1995 (vol 83, n°1, p.33-52)  en ligne.


Pour les chercheurs - ressources à explorer

Archives départementales de Savoie

en détail
SA 141. Province de Maurienne (suite) : La Chambre
- Enquête faite a la demande du comte de La Chambre sur des réparations à entreprendre contre les débordements du Gelon dans le mandement de La Chambre (1497).

(pour info) : SA 143. Province de Maurienne (suite).      
- Mémoire et croquis relatifs à l’entretien des digues de l’Arc destinées à empêcher les inondations sur le territoire de Saint- Michel-de-Maurienne, s.d. (XVIIIe s.).

ADS - Moyen-Age et Ancien Régime / Fonds des administrations d'Ancien Régime jusqu'en 1793 / Administration générale du duché
- C 62 Secrétariat général. – Ordonnances et décrets du comte Capris de Castellamont, intendant général :
– confirmant une ordonnance antérieure qui prescrivait aux communes de Chamoux, Betton-Bettonet et Bourgneuf, des travaux pour régulariser le cours du Gelon (1759-1764)

C 73 Secrétariat général. – Relations (Rapports) de l'Intendant général Vacca, sur les requêtes présentées au Roi :
– sur un projet de canalisation du torrent du Gelon et de ses affluents, dans la vallée de La Rochette, qui avait été présenté par l'abbé de Mellarède. L'intendant général propose, pour l'exécution de ce projet, l'organisation d'un consortium, ce qui a été appliqué plus tard  (
1775)
C 182 Secrétariat général. – aux ingénieurs Piacenza et Capellini, leur donnant ordre d'aller étudier, sur les lieux, les moyens d'assainir les marais de la Rochette, et de dresser un projet de canalisation du Gelon (1775-1777)
- C 514 Travaux publics. – Ponts et passerelles sur les torrents, ruisseaux et autres petits cours d'eau de la province de Savoie-Propre. – Lettres d'architectes, d'inspecteurs de travaux.
Devis. Réceptions d'oeuvres. Procès-verbaux de visites, etc., concernant : – les ponts de Thoiry, des Déserts et de Saint-Alban, sur la Leysse ; – du Sierroz, de Bondeloge, du Gelon, du Tillet, etc., sur les ruisseaux de ce nom (1717-1790)

- C 527 Travaux publics. – Digues et autres travaux de défense contre les ruisseaux torrentiels et autres petits cours d'eau, dans la province de Savoie-Propre.
– Lettre de l'abbé de Pingon, vicaire général de Vienne, demandant des travaux pour la rectification du lit du torrent du Nant-Bruant, à la Motte.
– Minute d'une ordonnance par laquelle l'intendant général répartissait la dépense de la digue de la Leysse entre les communes de Bissy, Cognin, Bourdeau, le Bourget, la Motte-Servolex.
– Lettre de M. de Mouroux, ministre de Turin, au sujet du rétablissement de la limite entre la Savoie et le Dauphiné, à Laissaud, qui avait été renversée par le torrent du Bréda ; –
au sujet de la construction d'un môle sur le bord du lac du Bourget, au-dessus du hameau de Puer.
– Délibérations des conseils communaux de Motz et de Serrières, relativement à la régularisation du cours du ruisseau des Moulins.
– Lettre du comte Botton de Castellamont, de Turin, concernant l'établissement d'une chaîne pour fermer l'entrée du canal de Savières, qui fait communiquer le lac du Bourget avec le Rhône ;
– de l'abbé de Mellarède, pour demander le diguement du lit du Gelon, qui inondait les prairies de la vallée de la Rochette.
– Projets pour l'assainissement de la plaine de la Rochette, au moyen de la canalisation des torrents du Gelon et du Joudron.
– Devis et mémoires concernant les canaux de l'Albane, les digues de l'Hyère. – Etc. 1742-1787

 

Fonds sarde (1814-1860) Cote : FR.AD073.1FS 1-3500
1FS 3647
Canalisation du Gelon et désséchement des marais de Bourgneuf et Chamousset : plan aquarellé de la vallée de la Rochette non terminé avec le cours du Gelon avant sa canalisation, non daté ; plan du cours du Gelon depuis la route royale jusqu'à son embouchure dans l'Arc et des terrains inondés avec le tracé des projets pour donner l'écoulement aux eaux ( 1841) ; plan aquarellé du cours actuel de l'Isère depuis les digues de Grésy à Châteauneuf et du cours de l'Arc depuis Aiton au confluent (1847) ; plan aquarellé de la vallée de la Rochette avec les nouveaux tracés du Gelon et de la route communale de La Rochette à Chamousset (1852) ; plan aquarellé de la vallée de la Rochette avec les nouveaux tracés du Gelon et de la route communale (1854) ; mappe de la commune de Bourgneuf avec les nouveaux tracés du Gelon et de la route communale (1854) ; mappe en deux parties de la commune de Chamoux avec les nouveaux tracés du Gelon et de la route communale (1854) ; mappe de la commune de Chamousset avec les nouveaux tracés du Gelon et de la route communale ainsi que le périmètre de l'imposition pour la canalisation (1854) ; plan et profils du barrage pour la dérivation des eaux vers les moulins de la commune de Chateauneuf (1858) ; extrait de la mappe de la commune de La croix de la Rochette avec les nouveaux tracés du Gelon et de la route communale (1860) ; plan du cours du Gelon de La Rochette jusqu'à la prise d'eau pour les moulins de Betton-Bettonnet, non daté ; sept brouillons de plans non datés
1834-1860

Archives et inventaires » Fonds des administrations françaises de la Révolution et de l'Empire (1792-1815)
Répertoire des fonds du département du Mont-Blanc, des districts, des administrations municipales de canton, des arrondissement et des sociétes populaires et comités de surveillance. 1792-1815

Fonds du département du Mont-Blanc (1792-1815) Cote : FR.AD073. L 1-2590
Archives et inventaires » Répertoire des fonds du département du Mont-Blanc, des districts, des administrations municipales de canton, des arrondissement et des sociétes populaires et comités de surveillance. 1792-1815 -

Marais et navigation. Service hydraulique - L 1537-1547.
L 1537 Dessèchements de marais.
L 1538 Bacs et bateaux de passage (principalement à La Balme sur le Rhône et à Pau sur l'Isère).
- 1542 (Arc)
- 1544 (ruisseau de Chamoux, Charpeney d'Apremont, Chéran, Deisse, Flon, Gelon, Guiers, Hyères)
- 1547 (Nant-Bruyant de La Motte-Servolex, torrent de Randens, canal de Savières, Sierroz, canal de Thiou, ruisseaux et torrents divers).