Nouvelle abbesse

Version imprimableVersion imprimable

1725. Cette fois, voici l'une des religieuses, issue d'une vieille famille de la noblesse, qui se trouve "promue" à la tête de l'Abbaye du Betton, après la mort de Marie de Menton.
On découvre ainsi le rituel de la "prise de possession", dûment constatée par le notaire Tardy.
On voir surtout que c'est le Roi de Piémont-Sardaigne qui la nomme !

Remarque : la typographie est ajoutée, nous espèrons faciliter la lecture du texte original serré, et"au kilomètre", peu ponctué.

Prise de possession d'Abbesse de l'abbaye du Betton
par la Révérende Dame Marie Françoise de Gruel Duvillard

L'an 1725 et le 4 septembre en l'église de l'abbaye de Notre-Dame du Betton de l'ordre de Citeaux au diocèse de Maurienne, au chœur où les religieuses chantent et psalmodient les Divins Offices à quatre heures du soir,
- s'est présenté par devant moi - Claude Tardy notaire royal bourgeois de Chambéry - Révérend Arsène de Jougla, abbé de Tamié, vicaire général et Supérieur immédiat dudit monastère,
- lequel a déclaré que Sa Majesté aurait nommé Dame Marie-Françoise de Gruel Duvillard abbesse dudit monastère du Betton, vacante par le décès de Dame Marie de Menton du Masin, dernière abbesse d'icelui, comme il m'en a été consté* par ses lettres patentes datées de Chambéry le 10 août proche passé, signées Victor-Amédée, et plus bas Mellarède, scellées du grand sceau, par lesquelles le révérend Abbé de Tamié, supérieur immédiat de ladite abbaye du Betton aurait expédié à ladite dame les lettre de confirmation datées de Tamié le 27 août dernier, scellées et signées F. Arsène de Jougla, abbé de Tamié, Vicaire général, et plus bas, F. Étienne Reveyron secrétaire,
- à toutes lesquelles provisions ledit Révérend abbé de Tamié voulant donner effet, a fait assembler au son de la cloche à la manière accoutumée les Révérendes Dames Prieure et religieuses dudit monastère en leur chœur à cet d'usage.

Il a dit et fait savoir qu'il allait mettre à possession de ladite abbaye du Betton ladite dame de Gruel Duvillard,
- c'est pourquoi et étant dans ledit chœur avec lesdites révérendes Dames Prieure et religieuses et le Notaire et témoins ci bas nommés, les volets de la grille ouverts et les portes de l'église extérieure ouverte aux séculiers, ladite révérende dame de Gruel Duvillard assise dans un fauteuil de la tête du chœur, il m'a fait lire à haute et intelligible voix, et [montré] à ladite communauté lesdites lettres et patentes et confirmation, soit institution; et a fait venir devant lui ladite dame de Gruel Duvillard, laquelle s'est mise à genoux, qui ensuite de l'admonestation qu'il lui a faite et à sa communauté sur leurs obligations, lui a fait prêter le serment qui a  dit :
Je, sœur Marie Françoise de Gruel Duvillard nommée par le Roi Abbesse de ce monastère de Notre Dame du Betton de l'ordre de Citeaux, et instituée par Messre le Révérend Abbé de Tamié ici présent, Père et Supérieur immédiat dudit monastère du Betton, jure et promets en bonne foi, que je ne voudrai, donnerai, ni gagnerai, inféoderai de nouveau ni aliénerai en quelque manière que ce soit les biens de mon monastère, sinon dans les cas et comme il est contenu dans la bulle de notre Saint-Père le Pape Benoît XII, Dieu soit à mon aide et ses Saints Évangiles.

Après quoi le dit Seigneur Abbé lui a mis en main les clés dudit monastère, n'ayant pu lui remettre les sceaux d'icelui parce que les révérendes Dames Prieure et Religieuses du monastère ci après signé ont dit et déclaré ne l'avoir pu trouver dans tout ledit monastère, quelques perquisitions qu'elles en aient fait et su faire, ayant déclaré de plus que si elles l’avaient, elles l'exhiberaient et représenteraient à ladite Dame, et que moyennant leurs recherches et bonne volonté, il soit tenu pour de… présent, en priant ladite dame de Gruel, si l'autre ne se peut trouver, d'en faire faire un neuf, afin que le monastère ne reste pas sans sceau, déduisant de plus que la prière qu’elles lui font de faire faire un sceau neuf tiendra et doit tenir lieu de [patente] effectiveBlason des Gruel du Villard (Armorial de Foras) du sceau dudit monastère, la priant encore en attendant que l'autre sceau soit retrouvé ou qu'il y en ait un neuf, de vouloir se servir du sceau des armoiries de la famille de Gruel dont elle est issue,

sceau des Gruel du Villard

Et tout ce que dessus fait et signé, et pour effet de la prise de possession dudit monastère,
- après quoi, le dit Révérent seigneur Abbé de Tamié : ce dit, Je, Arsène de Jougla, Père immédiat de ce monastère par la tradition effective de ses clefs et par la tradition figurative des sceaux de ce monastère, ensuite de la déclaration présentement faite par lesdites Révérendes Dames Prieure et Religieuses de laquelle avons donné acte, nous donnons pouvoir de gouverner pleinement ce monastère au nom du père, du fils et du Saint Esprit,
- et en signe de la prise de possession, l'a fait asseoir en son siège abbatial, lui ayant fait entendre les obligations de la dignité, et encore par la lecture qu'a faite la Religieuse Chantre du second et cinquième chapitre de la règle de Saint-Benoît,
et incontinent après, toutes les religieuses les unes après les autres se sont mises à genoux devant ladite dame abbesse assise, et lui ont fait leurs promesses d'obéissance jusqu'a la mort ;
- après quoi ledit Révérend abbé de Tamié au son des cloches a fait chanter le [Te Deum] en l'action de grâces, et ayant dit les versets et collige**, chacun s'est retiré en paix.

De tout quoi ici dressé le présent procès-verbal que j'ai signé
- en présence de Noble et Révérend Mre Joseph-Auguste de Vidonne chantre et chanoine de la cathédrale de Saint-Pierre de [Genève], de noble Claude Ferdinand de Menton, Seigneur de Solières, capitaine dans le régiment nationale de Tarentaise, témoins requis,
- ledit Révérend Abbé de Tamié, toutes les Révérendes Dames, Abbesse, prieure, et religieuses, avec les témoins et parents, ont signé sur la minute de moi notaire royal soussigné, recevant requis, qui ai le présent écrit sur ma minute (…), et qui ai le présent signé et expédié pour l'office du Tabellion d'Aiguebelle, et payer les droits d'icelui.

Cl.Tardy Notre       

12-2016 - Recherche et Transciption A.Dh.


Lexique
*   conster : constater
** collige : synthèse ? (colliger : Réunir des éléments, des extraits de documents dans le but de réaliser une anthologie, une synthèse; Recueillir, rassembler des éléments de même nature)


Notes
de Foras relève plusieurs Marie-Françoise, et en particulier celle-ci... dont la botice ne cadre pas bien avec notre acte officiel :
MARIE-FRANÇOISE, fille de François de GRUEL religieuse à Sainte-Catherine, puis à Donlieu, (ou autre Marie-Françoise de Gruel), abbesse le 26 mars 1721 (Arch Chuyt) jour où elle reçoit religieuse Jeanne du Fresnoy, assistée de Dame Héléne de Seyssel-Criessieux, prieure ; Dame Maximine de Varembon, Angélique de Montaigre (Marestel), etc
Il relève aussi :
LOUISE-AMÉDÉE, religieuse à Ste-Catherine, puis au Betton, où elle entra en 1729.


Sources
ADS en ligne, Tabellion d'Aiguebelle 2C 2112 F°388 (p.408/511)